Écoute musicale active  ou

                 Écoute musicale créative  ou

                               Art de l’écoute musicale  ou  

 

Moiras Jean le violoncelle 100 pix

                                                        Vers l’auditeur de musique éclairé

 

&       b     ?                  #    &      b    ?                 #    &      b    ?       #     &

Pour ceux qui aiment la musique classique,

qui en ressentent l’énergie et l’enrichissement et

qui souhaitent approfondir leur écoute musicale

« L’art de bien vivre commence par celui de bien écouter »

     Plutarque

Après un concert où beaucoup d’auditeurs ont exprimé leur satisfaction par « ça nous a plu », le compositeur en colère a répondu: « Je ne compose pas la musique pour qu’elle plaise »

     Beethoven

« La musique est une révélation plus haute que toute la sagesse et la philosophie.»

     Beethoven

« La musique exprime ce qui ne peut s'exprimer avec des mots et sur quoi il est impossible de se taire."

     Victor Hugo

 

« La musique est chose ardue. Il n’est pas facile de se mettre à

l’écoute d’un morceau et de reconnaître et ressentir pleinement

ce qui s’y passe.  Une œuvre peut paraître facile et agréable à

l’oreille des uns ; elle peut inspirer des images poétiques

aux autres ou bien les immerger dans un profond bien-être

sensuel, les stimuler ou les apaiser,  et ainsi de suite .  .  .     

                                                      Mais rien de tout cela ne veut dire : « écouter ».                            Léonard  Bernstein

 

 

La musique est un art qui ne laisse pas de traces visibles ou palpables. Son appréciation demande des aptitudes différentes de la contemplation d’une peinture ou d’une sculpture. Alors que dans notre culture les compétences visuelles sont privilégiées - compter, déchiffrer, peser, mesurer exercent au quotidien notre vision -, on a besoin d’autres « outils », d’autres « techniques »  pour accueillir la musique.

Tous ceux qui prennent la musique classique pour autre chose qu’un simple divertissement – ou qu’un fond sonore superficiel - savent bien que la création et l’interprétation exigent de grandes compétences du compositeur et du musicien. Mais qu’en est-il de l’auditeur ? S’il écoute naïvement sans repères, peut-il apprécier cette musique à sa juste valeur et peut-il comprendre ce que compositeur et interprètes ont voulu dire ?

Composer de la musique exige du compositeur de l’intuition, du travail, de la compétence et de l’expérience.

Interpréter de la musique exige de l’instrumentiste de l’intuition, du travail, de la compétence et de l’expérience.

Ecouter de la musique exigerait aussi de l’auditeur du travail, de la compétence, de l’expérience et de l’intuition.

Le compositeur traduit une idée, une évocation dont il a l’intuition – il veut exprimer quelque chose. Il rend sa musique accessible par la partition qui est de l’écrit, il la transcrit en du visible.

 

L’interprète retraduit le visible en du sonore. C’est lui qui rend audible la musique que le compositeur entendait à l’intérieur de lui.

 

L’auditeur, pour comprendre la musique, pour retrouver l’idée originelle du compositeur, doit, lui  aussi travailler. On peut dire que l’auditeur est, tout comme le compositeur et l’interprète, un artiste. On peut dire qu’il y a un art d’écouter ou bien qu’écouter est un art.

Et comme dans toutes les professions artistiques, il existe des techniques et des méthodes pour apprendre cet art et il existe des aides pour le faire avec succès.

Au cours de cet apprentissage, on découvre que l’écoute n’est pas seulement une question d’oreille. Les oreilles sont comme des portes qui reçoivent des ondes sonores mais ensuite on peut les laisser passer vers la tête (déchiffrer intellectuellement), vers le ventre (ressentir) mais aussi vers le « cœur » (comprendre avec le cœur)ce qui crée une nouvelle dimension incluant la pensée et le ressenti.  -  C’est comme dans les rencontres humaines : pour comprendre vraiment l’autre il ne suffit pas de  prendre connaissance des données et des faits qui lui sont rattachés.

 

Nous vivons dans un monde frénétique et assourdissant où le temps est considéré comme précieux et toujours trop rare. Nous n’avons plus guère le loisir de nous consacrer à l’écoute approfondie de la musique pour la faire nôtre. L’être humain a pourtant besoin de trouver ce temps pour refonder et consolider ses désirs, ses espoirs, ses sentiments, sa pensée existentielle. Il lui faut aussi un cadre approprié. La méthode Musicosophia offre cette possibilité aux participants.

Selon elle :

l Tout être humain est par nature un être musical. Il y a seulement différentes manières de vivre sa musicalité propre.

l Tout auditeur peut trouver son propre chemin vers la musique et apprendre à l’écouter attentivement, sans préjugés, en s’y consacrant.

l Toute écoute attentive conduit à une expérience et à une compréhension musicale approfondie.

l Toute compréhension approfondie, à son tour, mène l’auditeur vers un renouvellement intérieur qui redonne un sens à ses espoirs et à ses sentiments.

La méthode avec laquelle nous travaillerons crée un espace favorable à la découverte d’une nouvelle perception, à la rencontre et à l’échange entre auditeurs, ainsi qu’à la réflexion et à la recherche d’une compréhension plus profonde de la musique, même spirituelle.  -  elle est fondée sur l’écoute maintes fois répétée, elle s’appuie sur les aptitudes musicales naturelles de l’être humain. Celles-ci sont: le fredonnement et le chant, la reconnaissance d’ambiances différentes, la perception précise des formes musicales, de leurs proportions et de leurs structures/architecture, et la prise de conscience des relations jouant entre elles. Pour affiner la perception de l’auditeur et intensifier l’impact de l’œuvre, une gestuelle est élaborée pendant l’écoute et vient accompagner celle-ci (mélorythmie). Elle est dérivée de la ligne mélodique et de la structure du morceau étudié.

Les étapes du processus de compréhension de la musique que nous pratiquons

  • Prise de conscience des premières impressions.
  • Différenciation des différentes ambiances à l’aide du fredonnement.
  • Découverte de la structure/architecture du morceau.
  • Identification des correspondances dans la structure musicale.
  • Elaboration de la gestuelle à partir de la structure musicale découverte (mélorythmie).
  • Assimilation et méditation des impressions reçues

Des œuvres choisies parmi celles des grands maîtres constituent la base du travail, en commençant par des morceaux simples. Ces morceaux sont puisés dans le répertoire classique depuis le chant grégorien, en passant par Bach, Mozart et Beethoven, jusqu’aux compositeurs contemporains.

Le but de l’atelier est de découvrir et d’éprouver la musique selon une démarche peu connue en France. Les participants y élaboreront des outils pour qu’à partir des exemples travaillés ensemble ils puissent continuer à travailler seuls chez eux les musiques qu’ils aiment ou qu’ils veulent mieux comprendre. Moi je ne me considère pas comme le professeur « qui sait » face à ceux qui « ne savent pas » mais plutôt comme un accompagnateur un peu plus expérimenté. Je mets à la disposition des participants mes expériences, mes idées et ma pratique de plus de 10 ans.

Le premier qui nous a expliqué qu’il existe une relation entre vivre et écouter est Plutarque, bien qu’il ne parle pas de musique.  Mais la pratique quotidienne d’une écoute musicale plus active que d’habitude, nous permet vraiment de changer beaucoup dans la vie.

L’écoute n’est pas une discipline réservée à la musique – ou au verbe – c’est une manière d’être disponible à toute chose dans la vie.

 La musique est un langage qu’il nous faut apprendre et exercer, on ne peut pas le décrire mais nous pouvons le  comprendre en l’éprouva. 

                                                                                          Hugo Jäggi

 

 

anges 500 pix musiciens renaissance italienne 16èS